Titlebar

Bibliografische Daten exportieren
Literatur vom gleichen Autor
plus auf ERef Bayreuth
plus bei Google Scholar

 

L’usage des mémoires et discours dans les pratiques de légitimation : Le cas de l’autorité locale chez les Lokpa du Nord‐Bénin et chez les Lokpa et Lama du Nord‐Togo (1898‐2010)

Titelangaben

Solitoke, Essoham:
L’usage des mémoires et discours dans les pratiques de légitimation : Le cas de l’autorité locale chez les Lokpa du Nord‐Bénin et chez les Lokpa et Lama du Nord‐Togo (1898‐2010).
Bayreuth , 2018 . - VII, 354 S.
( Dissertation, 2018 , Universität Bayreuth, Bayreuth International Graduate School of African Studies - BIGSAS)

Volltext

Link zum Volltext (externe URL): Volltext

Abstract

Cette thèse compare les discours et les pratiques de légitimation au Dahomey / Bénin et au
Togo de la conquête coloniale à nos jours. Elle analyse l'utilisation des mémoires dans la
légitimation de l'autorité politique locale dans une région frontalière ouest‐africaine. Afin de
reconstituer l’histoire des événements, des personnes et de leur mode vie dans les sociétés
qui n’ont pas vite connu l’écriture, à l’instar des Lokpa au Nord‐Bénin et les Lokpa et Lama
du Nord‐Togo, les historiens utilisent la mémoire vivante ou l’histoire orale comme matériau
de prédilection. Cependant, la mémoire est inhérente à certains problèmes. Elle est
reprochée d'être incomplète et pas nécessairement fidèle aux « faits » historiques auxquels
elle se rapporte. De ce fait, la mémoire doit être perçue comme un phénomène
contemporain, un lien vivant entre le passé et un présent en perpétuelle évolution toujours
influencé par les intérêts qui s'y rattachent. Les chefs traditionnels Lokpa et Lama
soutiennent la légitimité de leur autorité au recours des souvenirs collectifs qui interprètent
le patrimoine culturel de leurs sociétés tout comme leur position en tant qu'autorités de
figure. Toutefois, ces interprétations du passé sont souvent controversées en raison de leur
relation à la légitimité du pouvoir qui est devenu de plus en plus contestée ces dernières
années. C’est dans ce cadre que la mémoire des groupes étudiés fut manipulée par acteurs
locaux à travers les souvenirs subjectifs et sélectifs ainsi que par l'oubli. A travers une
perspective micro‐historique, la dissertation analyse l'interprétation du passé à travers la
mémoire et son utilisation par les chefs traditionnels dans la construction sociale de leur
autorité. En se basant sur l’étude des conflits actuels et de leur interprétation, cette analyse
offre une reconstruction des différents discours de l'autorité légitime chez les Lokpa et Lama
tout comme le changement des contextes historiques auxquels ils sont liés, de la période
précoloniale à la période post‐indépendante en passant par la période coloniale. L’étude
insiste sur le fait que non seulement ces contextes diffèrent à travers l’évolution du temps,
mais aussi qu’ils varient d’un côté à l’autre de la frontière Nord‐Bénin et Togo. L'analyse
offre également un aperçu des différentes trajectoires historiques des conflits à propos de
l’autorité locale dans les deux États‐nations comparés.

Abstract in weiterer Sprache

This dissertation compares the discourses and practices of legitimation in Dahomey/Benin and in
Togo from colonial conquest to the present. It analyses the use of memory for the legitimation of
local political authority in a West African borderland. Especially for societies without strong written
traditions, such as the Lokpa in Northern Benin and Lokpa and Lama in Northern Togo, historians
have to use living memory (oral history) for reconstructions of the history of events, people and their
way of life. Memory, however, has the inherent problem of being incomplete and not necessarily
faithful to historical “facts”. Memory has to be regarded as a contemporary phenomenon, a living
link between the past and an ever‐changing present and the interests connected with it. Lokpa‐Lama
chiefs sustain the legitimacy of their authority through recourse to collective memories that interpret
the cultural heritage and their position as authority figures. However, these interpretations of the
past are often contentious because of their relationship to the legitimacy of power, which has
become increasingly contested in recent years. Memory is manipulated by local actors through
subjective and selective remembrance as well as through forgetting. The Dissertation analyses,
through a micro‐historical perspective, the interpretation of the past through memory and its
utilisation by chiefs for the social construction of their authority. Starting from current conflicts and
their interpretation, it offers a reconstruction of different discourses of legitimate authority among
the Lokpa‐Lama and of the changing historical contexts to which they were and are related, from the
precolonial through the colonial to the post‐independence periods. Since these contexts differed not
only over time but also on the two sides of the Benin‐Togo border, this analysis also offers insights
about the different historical trajectories of dispute about local authority in the two nation states
compared.

Weitere Angaben

Publikationsform: Dissertation
Keywords: Geschichte; Erinnerung; Legitimation; Lokale Autoritäten; Häuptlinge; Lokpa; Nord-Togo; Nord-Benin; Kolonialherrschaft; Nachkolonialer Staat; 20. Jahrhundert
Institutionen der Universität: Fakultäten > Kulturwissenschaftliche Fakultät > Professur Geschichte Afrikas > Professur Geschichte Afrikas - Univ.-Prof. Dr. Achim von Oppen
Graduierteneinrichtungen > University of Bayreuth Graduate School
Graduierteneinrichtungen > BIGSAS
Fakultäten
Fakultäten > Kulturwissenschaftliche Fakultät
Fakultäten > Kulturwissenschaftliche Fakultät > Professur Geschichte Afrikas
Graduierteneinrichtungen
Titel an der UBT entstanden: Ja
Themengebiete aus DDC: 900 Geschichte und Geografie > 960 Geschichte Afrikas
Eingestellt am: 14 Jul 2018 21:00
Letzte Änderung: 14 Jul 2018 21:00
URI: https://eref.uni-bayreuth.de/id/eprint/45092